Compétition : pourquoi s’affûter pour progresser en vélo ?

S’affûter en vélo permet à un cycliste d’accomplir un objectif particulier. De la perte de poids à la réussite d’une compétition, cela nécessite un effort et un entrainement spécifique. C’est important pour adapter l’organisme et pour équilibrer le système immunitaire. Que fait-on pendant une période d’affûtage ? Découvrez la réponse parfaite dans cet article.

L’essentiel lors de l’affûtage

Une séance d’entrainement successif implique une préparation morale et physique pour le cycliste. Il est mieux de privilégier une alimentation riche en glucides pour permettre à l’organisme de faire des réserves. En effet, lors de l’entrainement en cyclisme, la concentration en créatine kinase augmente dans le sang. D’ailleurs c’est la sécrétion musculaire qui régénère l’énergie en phase d’entrainement, elle diminue à la fin de la période d’affûtage. Cette dernière est conseillée par le coach sportif puisqu’il permet de rééquilibrer les systèmes immunitaires de l’organisme. Cela stabilise la formation et la désintégration des globules rouges. Les risques d’anémies lors des entraînements intenses sont évités.

Conseils d’un coach sportif

Le vélo est une activité sportive divertissante. Elle peut être faite sur route, sur piste ou même en salle. L’envie de se performer est un bon début, mais elle implique une implication sérieuse et régulière. L’entrainement est le moyen permettant de se progresser à la limite des objectifs fixés. Selon lui, un entrainement de trente minutes 3 fois dans la semaine est préférable qu’un exercice d’une heure par jour pendant une semaine. D’où l’importance de réguler l’activité journalière de cyclisme. En résumé, si vous voulez être motivé à vous entraîner régulièrement parce que vous savez que c’est la régularité qui fera la différence et qui paiera sur le long terme, voici ce qu’il faut faire d’après Alexis Kuperfis sur son site endurochallengevtt06.fr/.

L’alimentation conseillée

Après avoir effectué l’entrainement du matin à jeun, le petit déjeuner doit comprendre un fruit en compote, en entier ou bien en jus. C’est idéal associé à un aliment riche en protéines comme l’œuf ou le jambon. De plus, il faudra l’accompagner de pain aux seigles ou aux céréales tartinées avec 10 g de beurre par jour. Il est préférable de limiter la consommation de sucre en optant pour un thé vert bio riche en antioxydant. À part le petit déjeuner, un coach sportif recommande la consommation de légumes à volonté, les poissons et aussi les viandes blanches. Par contre il faut éviter la consommation de viande grasse, tous les aliments frits et panés. L’eau du robinet est très riche en bicarbonate et en magnésium, qu’il en faut boire toute la journée. En revanche les boissons énergétiques, alcoolisées où trop sucrées ne doivent plus être consommées.

Rédigé par :  Alexis Kuperfis